Ken Miles : biographie du pilote de voitures de sport en circuits

Le monde du sport automobile a connu de grands et fabuleux pilotes qui ont su marquer de leur empreinte, l’histoire des sports mécaniques. C’est le cas du légendaire pilote britannique Ken Miles dont les courses étaient essentiellement réalisées sur des voitures de sport en circuit aux États-Unis.

Il a contribué à la mise au point de nombreuses aventures victorieuses comme celle de la Ford GT 40 qu’il a mise au point en compagnie de Caroll Shelby. Nous vous invitons à découvrir dans cet article la biographie de ce génie de la conduite au palmarès garni et aux nombreuses distinctions.

Lire également : Quel est le 4×4 qui consomme le moins ?

Un passionné d’automobile

Ken Miles, de son vrai nom Kenneth Henry Miles, était un pilote britannique automobile, né le 1er novembre 1918 à Sutton Coldfield et décédé le 17 août 1966 à Riverside. On le surnommait Teddy Teabag pour son amour pour le thé, ou encore Sidebite pour sa bouche qui se tordait lorsqu’il parle.

Ken Miles débute dans les sports mécaniques en réalisant des courses motocyclistes britanniques de l’avant-guerre. Pendant le conflit mondial, il devient sergent, en pilotant dans un premier temps une estafette motorisée. Il conduit ensuite une Bugatti, une Alfa Romeo et une Alvis, avec un club anglais de vieilles voitures de sport, avant de passer à une Ford V8 Frazer-Nash.

A voir aussi : Réfrigérateur combiné Samsung RB41R7737B1 : avantages / inconvénients

Il émigra plus tard à Los Angeles, aux États-Unis, où il a fait ses débuts dans des courses sur quatre roues en 1952, lors des événements du Sports Car Club of America (SCCA). Il a notamment piloté une MG Special extrêmement personnalisée jusqu’en 1955 (remportant 14 épreuves SCCA à partir de 1953), avant de se tourner vers une Porsche (en particulier la 550 Spyder de Johnny von Neumann de 1956 à 1961).  Il passa ensuite à :

  • Sunbeam et Ferrari en 1962,
  • AC Cobra de 1963 à 1965 ,
  • Ford GT40 et Porsche 906 en 1966.

Miles biographie du pilote de voitures de sport en circuits

Il a conçu en 1957, la Pooper, une voiture dotée d’un moteur et d’une transmission Porsche 550S qui ont été montés sur un châssis Cooper 1956 possédant encore sa carrosserie. Dans les courses SCCA organisées autour de la côte ouest entre 1957 et 1958, ce véhicule hybride a dominé sa classe F.

Auteur de la première victoire de Ford aux 24 Heures du Mans

Au cours des 24 Heures du Mans 1966 alors qu’il s’approchait de la ligne d’arrivée, la direction de l’équipe lui a demandé de ralentir. Cette décision a été prise pour permettre aux trois Ford GT40 Mk II d’être photographiées ensemble, dépassant légèrement la ligne d’arrivée à l’arrière de la voiture McLaren/Amon. Cette dernière est déclarée vainqueur sans avoir besoin de suivre les règles du jeu en cas d’ex æquo.

Palmarès

Comme l’on peut s’en douter, le palmarès de ce grand pilote et ingénieur automobile est assez impressionnant. Voici énumérés ci-dessous quelques-uns de ces exploits.

  • Main Palm Springs en mars 1955 sur Flying Shingle ;
  • Les 6H de Pomona sur Jaguar E-Type en 1958 avec Blackwell ;
  • Les 6H de Riverside sur Ferrari 250 GT SWB en 1962 avec Drake ;
  • Les 2000 km de Daytona sur Ford GT40 en 1965 avec Lloyd Ruby ;
  • Les 24H de Daytona sur Ford GT40 Mk II en 1966 avec Lloyd Ruby ;
  • Les 12H de Sebring sur Ford GT40 X1 avec Lloyd Ruby en 1966.

Il a également été 2e des 500 km de Bridgehampton en 1963 et 3e des 1000 km de Monza sur Ford GT40 en 1965 avec Bruce McLaren.

Une tragique et triste fin

Les deux mois suivant le triomphe de Ford au 24 H du Mans, Miles effectue un tout droit à grande vitesse lors d’une journée d’essais privés sur la nouvelle Ford J devant remplacer la Mk II. La voiture dévie de sa trajectoire et se renverse alors que le conducteur est éjecté et tué instantanément. Plus tard, une version avec l’aérodynamique corrigée, a vu le jour.

Il s’agit de la Mk IV dont l’habitacle a été renforcé. Ce nouveau modèle a probablement sauvé la vie de Mario Andretti au 24H du Mans de 1967 lorsqu’il s’est violemment écrasé, mais n’a subi que des blessures mineures.